hétérotrophes

Hétérotrophes est un collectif d’auteur-e-s franco-suisse, formé d’Arthur Brügger, Romain Buffat, Thomas Flahaut, Gaia Grandin, Pablo Jakob et Leïla Pellet.

*

Nous nous sommes rassemblés autour du désir commun de partager nos textes, d’explorer des chemins de traverse entre les genres et hors du cadre, et d’expérimenter la littérature collectivement.

Le nom provient de l’hétérotrophie, qui se définit comme la « nécessité pour un organisme vivant de se nourrir de constituants organiques préexistants » – à l’image de l’écrivain qui puise dans le réel pour créer. C’est aussi une référence au concept d’hétérotopie forgé par Michel Foucault, qu’il définit comme « la localisation physique de l’utopie ». Le collectif nous semble ainsi, en littérature, la possibilité d’un espace entre des textes, des corps, des auteur-e-s, pour la réalisation d’une utopie.

*

En 2017, nous avons publié une collection de quatre livres publié au nom du collectif. Quatre ouvrages distincts que nous avons produit, de l’écriture aux choix typographiques.
Projet réalisé avec le soutien du Panier culturel.

      

      

Comment savoir qu’il n’y a à part soi plus personne est le monologue de la dernière locutrice d’une langue qui disparait avec elle. Au fil des pages, elle fait état de la mort de sa langue et, en même temps, de la perte d’une partie de sa propre identité et de ses racines.

Décupler nos vies est un récit d’anticipation qui imagine la commercialisation de lunettes technologiques permettant de vivre deux réalités en parallèle. Grâce à elles, le narrateur, comme le reste du monde, devrait être à même de remplir enfin toutes ses obligations sans compromis. À l’image du personnage qui se dédouble, le texte lui-même se déconstruit au fil des pages du livre.

Herbier d’usine est un recueil de poèmes qui prennent place dans une usine, la nuit, près d’une frontière. Traversée poétique d’un monde du travail industrialisé, le texte se veut une manière de réenchanter ce lieu mécanique et froid, et de questionner en filigrane une certaine culture ouvrière.

Sans moi est l’autobiographie d’un être qui n’existe pas. Pour cause, il n’est jamais né. Son possible père et son hypothétique mère ne se sont jamais rencontrés. Le narrateur explore ainsi toutes les potentialités de sa propre vie à venir, et s’interroge sur les événements qui pourraient enfin faire se réaliser son souhait le plus cher : enfin, venir au monde.

*

Vers la page facebook du collectif.